Topic

MILIEU, POLITICS, DURABILITY


/English Version/

Comparative study on Territorial Modeling of Landscape Projects in France, Japan, and South Korea

PROBLEMATIC

The study consists of analyzing the influence of the politics and ecology on the landscape projects and more precisely how ecological ethics is taken account in the projects. For this perspective, it seems today necessary to do a comparative study. This study therefore aims to observe and analyze the influence of MilieusMilieu is defined as “Relation of societies to their environments”- on the process of land modeling of landscape projects in three countries, France, Japan, and South Korea. It will seek to highlight the influence of politics and ecology at different levels of the whole process in the productions of landscape: formalization of public programs of land transformation, contractors, project management, civil society and its institutions.


Background

Governmentality and Governance

From the urban project as an instrument of public action, the work of Gerard Pinson, a political scientist in urban matters, we understand how the projects of the past 30 years have modified the forecasts and blurred the existing political balance, redefining the value of resources that urban politic partakers carry: “The phenomena of proliferation of partakers and fragmentation of resources can create mechanisms for rearrangement of relations between partakers and innovations in instrumentation of public policy which, in some conditions, can enhance the capacity of systems of urban collective action “(Pinson: 2004).

From the strictly urban studies, satellite studies exploring those that put together the land into conceptions associated with the precept of governmentality that is linked to the city as “guardian of power”, have been proliferated. “A whole stream of research focuses on the possible emergence of the city as a political, social, and economic partakers, the emergence encouraged by the questioning of the States, because of the globalization of the economy “(Le Gales: 1995). Urban problems of the twentieth century gave birth to new methodologies advocating political action in the middle of the project process (Duran 2001).

However, unlike a sustainable approach to urban milieu, the sustainable development movement on the across of the land seems to affirm the unsuitability or the approximation of the responses formulated until now for the city, revealing itself ineffective in terms of landscape and environment (Theys: 2003), fields addressing contemporary issues of well commune like land built (Lascoumes: 1998). In fact, a whole corpus has been moved around various concepts such as governance understood globally as a place of action and political organization becoming one of  commonplace vocabularies of spatial territory and producing the primacy of politics among new paradigms in urban ecology (Clergeau: 2007) or planning of the Great Landscape (Grossard: 2008). With sustainable development, a network of researchers has reinvested the approach of urban, environmental policy, renewing the foundation studies of landscape project. This new dynamic has mainly the effect of reaffirming the politics in the sector of exploitation of the land (Calame-Talmant: 1997, Greider: 1994) and it will extend the research on the environment and the landscape as the fruit of politics.

Staring with case studies, one of principle aspects of the study is to deepen the distinction between governmentality and governance in that it allows constructing a critical discourse about the reality of those in power in territorial modeling.


ASSUMPTIONS

Assumption A: Territory and Milieu

Since the second half of the twentieth century, the land development projects of large scale have brought a remarkable evolution in terms of the landscape project. Some of them might have deconstructed the traditional epistemology and ontology of land project. Thus, James Corner (American landscape architect and urban planner) redefines what we expect of land modelers in the twenty-first century as: ‘urbanization is a dynamic process characterized more by terms like fluidity, spontaneous feedback, and non-linearity, than by stability, predictability, or rationality. Ecology and system theories are the concepts inherent in the city’ (Corner: 1999).

However a key question arises, that of the internationalization of this perspective, with its knowledge, methods and rhetoric, compared to contexts and Milieu. What about the old formula “Think Global Act Local”? What are the challenges of a localized land project – product of the Milieu in terms of international environmental politics? What are the battles brought at the local level by regional planners and other partakes that would better assess the mechanisms of political power established by the land modeling project itself and the new instances of environmental governance?

Assumption B: Environment and Ecology

The second assumption is that the landscape projects allow to understand the political strategies in relation to the environment, and thus, to “read” the societies in their land and how that participation is constructed. For instance, what are the repercussions of movements of political ecology on an “environmental ethics” and the practice of the territorial project that conveys them in these three countries?

Note that when one evokes the repercussions one wants to address the ecology not only in a perspective of scientific thinking but as an action in the construction of societies. The political dimensions that it has endorsed in the twentieth century as a reinforcement of politics have been minutely questioned for example in the document of the political journal Vacarme recently published: ”What the ecology changes in the politics. (Vacarme: 2010).

Assumption C: Politics and landscape

In the 70s, the “World Issues” (Meadows 1972) must have offered some localized solutions. And vice- versa. This leads us to question today the “fundamentals” that had allowed local cultures to establish foundations for cultural identifications right to the center of “ethical” globalists. It will be questioned since the astonishing ability of international sustainable development to want to complete the deficiencies of regional practices in the emergence of sustainability. What are the political mechanisms that have enabled the creation of these national and global cultural “Landmarks”? To address in-depth such complexities to the work daily in realized projects under the auspices of international procedures with the respect for the earth, would it be necessary to rethink the regionalized environmental ethics from a study of political philosophy of landscape and ecology?

METHODOLOGY

WORK PLAN & CORPUS

Organized into three parts, this study will draw on three case studies, three “landscape projects” to “reach back” gradually to the theoretical anchors of environmental ethics and initiate a “criticism of a political philosophy of the landscape”. Initially, it will examine three innovative projects of land modeling in France, Japan and Korea. The analysis will be conducted in a comparative way to identify precisely the points of environmental and ecological surveys planned from three cultures / milieus. Secondly, it will try to address the major stages of political ecology in the twentieth century in three countries, examined to enact the dialectical relation between landscape designers and politicization of ecology. From these materials of critical analysis, it will finally put the creation of space in the political mechanisms that govern the establishment of societies.

Analysis of territorial modeling Projects in France, Japan and Korea

Three chosen development projects will cover the infrastructures (highways) of similar state, in France, Japan, and Korea so as to observe the equivalent elements: the nature of projects, programs and interlocutors. Furthermore, the study is to consider/identify the differences in order to illuminate the adaptive modalities of the societies against the land, and thus the type of conducted politics. In France, the infrastructure projects are undertaken by landscape architecture agencies, which helps to understand the reversal operated for 20 years in Europe where they were handled by groups of civil engineering. In South Korea, the major reconstruction / destruction under the land project and the national enterprises will let us understand the monopolization of the network of infrastructure as a tool of land politics.  Finally, in Japan where efforts of conciliation are very important between local partakers and governmental authorities such rebalanced projects will be treated with the national concerns raised by the regional authorities.

Fruit of multidisciplinary teams – landscape architects, network/road engineers, urban planners, environmentalists, economists – and carried out under the heavy physical, technical and economic constraints as well as an apparatus of laws, this type of project involves most fields of research related to landscape, land, environment and urbanity. Moreover, it was followed by the wake of laws from liabilities related to political positions of the movement for the protection of the environment (Bolin: 1998) that have formed joint teams for projects with a strong “impact”. We can then expect to understand how new generations of territorial modelers, familiar with the environmental protection in their training programs (Nussaume: 2009), attempt to apply the texts of laws in upstream and downstream of land project programs. It is therefore essential on the one hand to understand the coherence between the laws, the programs and the operational decisions of land and on the other hand to compare, across the countries and their respective milieu, the positions of local partakes as to these areas of reflections and actions, for example, in terms of conflicts (Europe), acceleration (Korea) or assimilation (Japan).

The relations between the land use and the respect for the environment are also more easily readable on projects of large scale, not only in terms of space but also time. Thus long years of conflicts between the developers and the ecologist movements had let include these new environmental requirements in the texts of laws by means of repeated and empiricist acts. To avoid the sterile debates, all the laws imposed on owners and builders to apply had been gradually directly consultable (or by clear reference in the prefectures – Urban Planning and Environment Department) in the programs of such projects.

Often discomfort factors slowing the usual mechanical responses to the program within project management teams (Bleed: 2009), the prescribed laws are only the top of an iceberg, which are not applicable yet. Thus this study is to analyze the prospective studies promulgated by the environmental teams consulted (Nordhaus: 2000) to carry out these legal programs in order to identify the current legislative issues. With the project teams, it is advisable to include the means employed to apply prerogatives sometimes very recent and therefore difficult to solve by project teams that are unfamiliar with their political role (Hoon : 2005). From this point of view, it can be said that the comparison between France and Japan will be most useful so far as, for example, one role of the laboratory Department of Value and Decision Science at Tokyo Institute of Technology is accessed and loaded to develop and conduct procedures for transmitting and reconciliation between the different parties involved in transformation projects of lands.

This kind of dialectic induced by the discussions between owners, builders, and the politics (lawyers in charge of urban-planning landscaping projects in the prefectures of state, officials responsible for law enforcement in City Hall in Korea / Japan) will help to estimate the scope of political maneuver at the heart of the land planning but most of all the understanding of landscape modelers compared with their political action in the matter.

Our expertise in upstream and the historical reading of the introduction of environmental ethics in the programs of projects in each country will lead us to ascend towards the stages of this politicization of ecology, in other words towards the current ecologization of the land planning or political ecology.


Critical observation of dialectic relation between the political ecology and the territorial projects.

The 10th International Convention on Biological Diversity held in Nagoya in Japan in October 2010, year of Biodiversity, reflects the political strategies that the current societies today operate toward the “Nature”. The legal aspects of the access to information bioethics will be discussed in this direction. The application of trans-national environmental laws on regionalisms so specific in Japan for example, can not be done without tensions. Strong resistances exist at both international and national level. To understand how each country conveys the new global regulations in their own, we must therefore address the major political currents that arise within political ecologies of the twentieth century.

By analyzing the requirements of the various movements of political ecology, their legislative inscriptions (Petit: 2009) since their applications in the process of land projects, it can specify the different political ecologies: French, Korean and Japanese. And thus it is to address the philosophy of environment that leads to the current ecology. If the ecology is studied and deployed differently in each culture, it come from a posture active, common but differentiated in the twentieth century and not from a natural move toward the respect of what is complex and sometimes contrary to the “natural right’. We will have to back from the perceived environmental issues from the analysis of projects (discussed at the interviews with project owners and project managements) to the systemic considerations of the political ecology.

It is today probably easier to capture the breadth of issues related to the environmental laws that “impose” their respect in most democratic countries that understood well their interest in adopting such laws (Damian : 2007). In Europe, after the Stockholm Declaration in 1972, the Declaration on the Environment definitely marked on the development of environment law in most countries. In this study, the laws that make these new dialectical perfectible will be examined. In France, for example, the landscape law in 1993 has spent more definitively the requirement of any projects to include these parameters in their programs. In the same vein, the study will try to understand the assimilation of environmental ethics in the land issues present in Korea (Hong: 2002) and Japan (Imamichi: 2009), variously legible because of philosophies of Confucianism.

This wakes up the idea behind this study an understanding of politics on the whole structure of our environment. Political ecology is not an intrusion of politics in environmental considerations, but a separate step of contemporary management in the historic process of land production.


A perspective of a Political Philosophy of Landscape

Addressing landscape project from three different situations in the context of a political philosophy allows to better position the relation of Human / Nature in a sphere of positive involvement across the world, both in the civil society(company?) and in professionals of territorial modeling. It helps to explain the logic of contemporary landscapes and to clarify certain attitudes in respect. The comparative reading of three projects in three different contexts and milieus should help to better contemplate the reasons for such malleability and the regression (Method so-called regressive-progressive, employed by Henri Lefebvre who is starting from the actual and then back into the past. Lefebvre: 1968) to a political philosophy of the concept of landscape

To do this, I will post in the wake of some works of Catherine Larrère (Larrère: 2001). The contemporary sustainable development seems like non-eventual history – of any proceedings of scientific enunciation / acceptance of knowledge and recognition of our environment (Villalba: 2010). Where a democratic society has felt able to respond by magical thinking to clashes of the twentieth century, I will be seeking to show how the flexibility of sustainable doctrines (Martin, 2002) dealing with the capitalistic global imperatives are the logical sequence of postures so-called ‘postmodern’.

Lexicon

In order to clarify before several research fields profoundly renewed by their increase and hybridization, and for questions that can elicit variable episteme from environments where they are deployed, we will build a list of keywords that we will develop definitions, based in particular on lexicons and existing specialized dictionaries. Here is the first list for information: Sustainability, Political Ecology, Environment, Space, Milieu, Territorial Modeling, Landscape, Political Philosophy, Philosophy of the Environment, Political Philosophy of the Landscape / Ecological Political Philosophy, Politics, Landscape Project, Territory.


/French Version/

MILIEU, POLITIQUE, DURABILITE

Etude comparative des modélisations territoriales de projets de paysage en France, Corée, Japon

PROBLEMATIQUE

L’étude consistera à analyser l’influence du politique et de l’écologie sur le projet de paysage, et, plus précisément, comment une éthique écologique est prise en compte dans les projets. Pour que cette perspective puisse faire sens, aujourd’hui, il nous semble nécessaire d’en passer par une étude comparative. Cette recherche aura dès lors pour objectif d’observer et d’analyser l’influence des milieux – milieu étant défini comme « relation des sociétés a leur environnement » – sur le processus de modélisations territoriales des projets de paysage dans trois pays, France, Corée et Japon. Elle cherchera à mettre en évidence cette influence du politique et de l’écologie aux différents niveaux du processus d’ensemble de la production du/des paysage(s) : formalisation des programmes publics de transformation des territoires, maîtres d’œuvres, maîtrise d’ouvrage, société civile et ses institutions.

ETAT DES CONNAISSANCES

Gouvernementalité et Gouvernance

En parcourant l’ouvrage de Gérard Pinson,  politologue en problématiques urbaines, Le projet urbain comme instrument d’action publique, on apprend et on comprend combien les projets des 30 dernières années ont bouleversé les prévisions et brouillé les équilibres politiques existants, redéfinissant la valeur des ressources dont sont porteurs les acteurs des politiques urbaines :«Les phénomènes de multiplication des acteurs et de dispersion des ressources peuvent engendrer des mécanismes de recomposition des rapports entre acteurs et des innovations en matière d’instrumentation de l’action publique qui, dans certaines conditions, peuvent renforcer la capacité des systèmes d’action collective urbains » (Pinson : 2004).

A partir des études proprement urbaines se sont multipliées des études satellitaires  qu’explorent ceux qui composent (avec) le territoire dans des conceptions auxquelles est associé le précepte de gouvernementalité lié à la cité comme « gardien du pouvoir » : «Tout un courant de recherche s’intéresse a l’émergence possible de la ville comme acteur politique, social, et économique, émergence  favorisée par la remise en cause des Etats, du fait de la mondialisation de l’économie » (Le Gales : 1995). Les problèmes urbains du XXe siècle ont ainsi donné naissance a de nouvelles méthodologies prônant l’action politique au cœur du processus du projet (Duran : 2001).

Pourtant, contrairement à une approche soutenable en milieu urbain, le mouvement du développement durable sur l’ensemble du territoire semble affirmer l’inadaptabilité ou l’approximation des réponses formulées jusqu’a présent pour la cité, se révélant inopérante en terme de paysage et d’environnement (Theys : 2003), champs abordant les enjeux contemporains du bien commum, comme construit territorial (Lascoumes : 1998). De fait, tout un corpus s’est depuis déplacé autour de différentes notions telle que la gouvernance, entendue comme un lieu d’action et d’organisation politique à l’échelle mondiale et devenue un des lieux communs du vocabulaire de l’aménagement du territoire et faisant ressurgir le primat du politique au sein de nouveaux paradigmes liés à l’Ecologie urbaine (Clergeau : 2007) ou aux aménagements du Grand Paysage (Grossard : 2008). Avec le développement durable, tout un réseau de chercheurs ont réinvesti l’approche des politiques urbaines et environnementales, renouvelant l’étude des fondements du projet de paysage. Cette nouvelle dynamique a principalement pour effet de réaffirmer le politique au cœur de secteur d’exploitation du sol (Calame-Talmant : 1997, Greider : 1994) et de permettre de prolonger les recherches sur l’environnement et le paysage comme fruit du/des politiques.

A partir de cas d’études, un des principaux aspects de notre recherche se proposera d’approfondir la distinction entre gouvernementalité et gouvernance dans la mesure où elle permet de construire un discours critique quant à la réalité des détenteurs du pouvoir en matière de modélisation territoriale.


HYPOTHESES

Hypothèse A : Territoire et Milieu

Depuis la seconde moitié du XXe siècle, les projets d’aménagements du territoire de très grande ampleur ont permis une remarquable évolution du sens donné au projet de paysage. Le travail de certaines équipes aurait déconstruit l’épistémologie et l’ontologie classiques d’un projet territorial. Ainsi, James Corner (architecte-paysagiste-urbaniste américain) redéfinit-il ce que l’on est en droit d’attendre au XXIe siècle du modeleur territorial : « l’urbanisation paysagère est un processus dynamique plus caractérisé par des limites comme la fluidité, la rétroaction spontanée, et la non-linéarité, que la stabilité, la prévisibilité, ou la rationalité » (Corner : 1999).

Une question clé se pose cependant, celle de l’internationalisation de cette perspective, avec ses savoirs, méthodes et rhétoriques, par rapport aux contextes et milieux. Qu’en est-il de la vieille « formule » Think Global Act Local ? Quels sont les enjeux d’un projet territorial localisé – produit du milieu, en termes de politique environnementale internationale ? Quels sont les combats menés au niveau local par les aménageurs du territoire et autres acteurs qui permettraient de rendre compte des mécanismes du pouvoir politique institué par le projet de modelage territorial lui-même et les nouvelles instances de gouvernance environnementale ?

Hypothèse B : Environnement et Ecologie

Notre deuxième hypothèse consiste à poser que les projets de paysage permettent de comprendre les stratégies du politique par rapport à l’environnement, et par là, de « lire » l’appartenance des sociétés à leur territoire et la manière dont cette appartenance se construit. Quelles sont, par exemple, les répercussions des mouvements d’écologie politique dans les trois pays étudiés sur une « éthique environnementale » et la pratique du projet territorial qui les véhicule ?

Précisons que lorsque nous évoquons les répercussions, nous voulons aborder l’écologie non plus seulement dans une perspective de réflexion scientifique mais comme action dans la construction des sociétés. Les dimensions politiques qu’elle a endossées au cours du XXe siècle comme renforcement du politique ont été très finement questionnées par exemple dans le dossier de la revue politique Vacarme paru récemment : Ce que l’écologie change à la politique. (Vacarme : 2010)

Hypothèse C : Politique et Paysage

Dans les années 70, les « problématiques mondiales » (Meadows : 1972) devaient permettre d’apporter des solutions localisées. Et inversement. Ce qui nous amène à interroger aujourd’hui les « fondamentaux » qui ont permis à des cultures locales de constituer des bases d‘identifications culturelles propres au cœur « d’éthiques » mondialistes. On interrogera dès lors l’étonnante capacité du développement durable international à vouloir compléter les manquements des pratiques régionales dans l’émergence de la durabilité. Quels sont les mécanismes politiques qui ont permis la constitution de ces « bornes » culturelles nationales et globales ? Pour aborder en profondeur de telles complexités a l’œuvre quotidiennement dans les projets réalisés sous l’auspice des procédures internationales de respect de la terre, n’est-il pas nécessaire de repenser les éthiques environnementales régionalisés depuis une étude des philosophies politiques du paysage et de l’écologie ?

METHODOLOGIE

PLAN DE TRAVAIL et CORPUS

Organisée en trois parties, cette recherche s’appuiera sur trois études de cas, trois « projets de paysage » pour « remonter », progressivement, vers les ancrages théoriques des éthiques environnementales et amorcer une « critique d’une philosophie politique du paysage ». Dans un premier temps, nous étudierons trois projets novateurs de modélisation territoriale en France, Corée et Japon. Les analyses seront conduites de manière comparative afin de dégager très précisément les enjeux de prospections environnementales et écologiques envisagés depuis les trois cultures/milieux. Dans un deuxième temps, nous comptons aborder les étapes majeures de l’écologie politique au XXe siècle dans les trois pays observés afin de dresser les rapports dialectiques entre créateurs de paysage et politisation de l’écologie. Depuis ces matériaux d’analyses critiques, nous comptons enfin inscrire la création de l’espace dans les mécanismes politiques qui régissent l’établissement des sociétés.

Analyse de projets de modélisations territoriales en France, Corée et Japon

Le choix de trois projets d’aménagements du territoire portera sur des infrastructures (autoroutières), de nature semblable, en France, Corée et Japon afin de pouvoir observer des éléments équivalents : nature du projet, programmes, interlocuteurs, temporalité et aspects juridique. Par ailleurs, notre étude devra tenir compte de différences – à identifier – de manière à éclairer les modalités adaptatives des sociétés face au territoire et, du coup, le type de politique menée. En France, les projets d’infrastructures sont pilotés par les agences d’architecture paysagère, ce qui nous permet de comprendre le renversement opéré depuis 20 ans en Europe où elles étaient conduites par des groupements d’ingénierie civile. En Corée du Sud, les grands travaux de reconstruction / destruction, relevant d’un projet de territoire et d’entreprises nationales, nous permettront de lire l’accaparement du réseau d’infrastructure comme outil du politique territoriale. Enfin, au Japon ou des efforts de conciliations très important entre les acteurs locaux et les instances gouvernementales tentent avec de tel projet de rééquilibrés les enjeux nationaux porté par le sol a l’échelle régionale

Fruit d’équipes pluridisciplinaires – architectes-paysagistes, ingénieurs réseaux / voiries, urbanistes, environnementalistes, économistes -, et réalisés dans le cadre de fortes contraintes physiques, techniques et économiques ainsi que d’un appareillage de lois, ce type de projet engage la plupart des champs de recherche liée au paysage, au territoire, à l’environnement et à l’urbanité. De plus, c’est à la suite de lois issues des engagements liés aux positionnements politiques de mouvement pour la protection de l’environnement (Bolin : 1998) que se sont constituées des équipes mixtes pour des projets fortement « impactants ». Nous pouvons alors escompter comprendre comment les générations nouvelles de modeleurs territoriaux, familiarisés à la protection de l’environnement dans leurs programmes de formation (Nussaume : 2009), tentent d’appliquer les textes de lois en amont et en aval de programmes de projets territoriaux. Il sera donc primordial de saisir la cohésion entres les lois, les programmes et les décisions opérationnelles de terrains, d’une part, et d’autre part de comparer, selon les pays et leurs milieux respectifs, les positionnements des acteurs locaux quant à ces domaines de réflexions et d’actions, par exemple, en termes de conflits (Europe), d’accélération (Corée) ou d’assimilation (Japon).

Les relations entre l’aménagement du territoire et le respect de l’environnement sont également plus aisément lisibles sur des projets de grande envergure, non seulement en termes d’espace mais aussi de temps. C’est ainsi que de très longues années de conflits entre les aménageurs et les mouvements écologistes ont permis d’inscrire ces nouveaux impératifs environnementaux dans les textes de lois à force d’actes répétés et empiristes. Afin d’éviter les débats stériles, l’ensemble des lois, qui oblige maîtres d’ouvrages (MOA) et maîtres d’œuvres (MOE) à les appliquer, a été progressivement directement consultable (ou par référencement clairs dans les préfectures – département d’Urbanisme et Environnement)  dans les programmes de tels projets.

Bien souvent facteurs de gênes, ralentissant les mécaniques usuels de réponses au programme au sein des équipes de la maîtrise d’œuvre (Bleed : 2009), les lois prescrites ne sont que le haut d’un iceberg encore non applicable. Nous devrons ainsi analyser les études prospectives promulguées par les équipes environnementales consultées (Nordhaus : 2000) pour mener à bien ces programmes juridiques afin de cerner les enjeux législatifs actuels. Avec les équipes de projets, il conviendra de comprendre les moyens mis en œuvre pour appliquer des prérogatives parfois très récentes et donc difficilement solutionnables par des équipes de projets mal familiarisés avec leur rôle politique (Hoon : 2005). De ce point de vue, nous pouvons déjà indiquer que la comparaison France/Japon sera des plus utiles dans la mesure où, par exemple, l’un des rôles du laboratoire Department of Value and Decision Science au Tokyo Institute of Technology est consulté et chargé d’élaborer et de conduire des procédures de transmission et de conciliation entre les différentes parties concernées par des projets de transformation des territoires.

Ce type de dialectique induite par les discussions entre la MOE, MOA et le politique (juristes en charge des projets d’urbanismes paysager au sein des préfectures d’Etat, agents en charge de l’application des lois des City Hall en Corée et au Japon) nous permettra d’estimer la marge de manœuvre du politique au cœur de l’aménagement du territoire mais surtout la compréhension des modeleurs de paysage par rapport à leur action politique en la matière.

Nos connaissances en amont et la lecture historique de l’introduction des éthiques environnementales dans les programmes de projets de chaque pays pourront ainsi nous mener, dans un deuxième temps, à remonter vers les étapes de cette politisation de l’écologie, en d’autres termes à l’actuelle écologisation de l’aménagement du territoire ou l’écologie politique.

Observation critique du rapport dialectique entre l’écologie politique et les projets territoriaux

La 10eme Convention Internationale sur la diversité Biologique qui se déroulera a Nagoya, au Japon en octobre 2010, année de la Biodiversité, témoigne des stratégies politiques que les sociétés actuelles opèrent envers la « Nature ». En ce sens seront débattus les aspects juridiques de l’accès aux informations bioéthiques. L’application de lois environnementales transnationales à des régionalismes si spécifiques au Japon, par exemple, ne peut se faire sans tensions. De fortes résistances existent tant au plan international qu’au plan national. Pour comprendre comment chaque territoire véhicule les nouvelles réglementations mondiales au sein des siennes propres, il nous faudra donc aborder les courants politiques majeurs émergeant au sein des écologies politiques du XXe siècle.

En analysant les prescriptions des différents mouvements de l’écologie politique, leurs inscriptions législatives (Petit : 2009) depuis leurs applications dans le processus des projets de territoriaux, nous pourrons préciser les différentes écologies politiques : française, coréenne et japonaise. Et de ce fait aborder les philosophies de l’environnement qui conduisent à l’écologie actuelle. Si l’écologie est étudiée, et déployée différemment en chaque culture, elle naît d’une posture active, commune mais différenciée, au XXe siècle et non d’un allant naturel vers le respect de ce qui est complexe et parfois contraire au « droit naturel ». Il nous faudra remonter depuis les enjeux écologiques perçus depuis l’analyse de projets (abordés lors des interviews avec les maîtrises d’ouvrage et maîtrises d’œuvre) vers les considérations systémiques de l’écologie politique.

Il est sans doute plus aisé aujourd’hui de saisir l’ampleur des enjeux liés à l’environnement depuis que les lois qui « imposent » leur respect dans la plupart des pays démocratiques qui ont bien compris leur intérêt en adoptant de telle lois (Damian : 2007). En Europe, issue de la déclaration de Stockholm en 1972, La Déclaration sur l’Environnement a marqué de façon définitive le développement du droit de l’environnement dans la plupart des pays. Nous étudierons les lois qui rendront perfectibles ces nouvelles dialectiques. En France, par exemple,  la loi paysage en 1993 consacrera de manière plus définitive l’obligation de tout projet à intégrer ces paramètres dans leurs programmes. Dans la même perspective, nous tenterons de saisir l’assimilation des éthiques environnementales dans les problématiques territoriales présente en Corée (Hong : 2002) et au Japon (Imamichi : 2009), diversement lisibles en raison de philosophies issues du Confucianisme.

Ceci réactive l’idée sous-jacente à cette étude d’une compréhension du politique sur l’ensemble de la construction de notre environnement. L’écologie politique n’est pas une irruption du politique dans les considérations environnementales mais une étape distincte de la gestion contemporaine dans le processus historique de fabrication du territoire.


Mise en perspective d’une Philosophie Politique du Paysage

Aborder le projet de paysage à partir de trois situations différentes dans la perspective d’une philosophie politique permet de mieux positionner le rapport Homme/Nature au sein d’une sphère d’implication positive à l’échelle du monde, tant au niveau de la société civile que chez les professionnels du modelage territoriale. Elle permet d’expliquer la logique des paysages contemporains et de clarifier quelques attitudes à son égard. La lecture comparative de 3 projets dans trois contextes et milieux différents devrait permettre de mieux envisager les raisons de telles malléabilités et la régression (Méthode dite régressive-progressive employé par Henri Lefebvre qui consiste a partir de l’actuel puis a remonter dans le passe. Lefebvre : 1968) vers une philosophie politique du concept de paysage

Pour ce faire, nous nous inscrirons dans la foulée de certains travaux de Catherine Larrère (Larrere : 2001). Le développement durable contemporain apparaît comme histoire non-événementielle – de toute une procédure d’énonciation/acceptation scientifique de connaissance et de reconnaissance de notre environnement (Villalba : 2010). Là où une société démocratique a cru pouvoir répondre par une pensée magique aux heurts du XXe siècle, nous tenterons de démontrer combien la flexibilité des doctrines durables (Martin : 2002) aux prises avec les capitalistiques impératifs mondiaux sont la suite logique des postures dites ‘postmodernes’.

Lexique

Dans un souci de clarification face à plusieurs champs de recherche profondément renouvelés par leurs croisements et hybridations, et en raison des questionnements que ne peuvent susciter des épistémès variables depuis les milieux ou ils se déploient, nous constituerons une liste de mots clés dont nous élaborerons des définitions, en nous basant notamment sur des lexiques et dictionnaires spécialisés existants. Voici, à titre indicatif une première liste : Durabilité, Ecologie politique, Environnement, Espace, Milieu, Modélisation territoriale, Paysage, Philosophie politique, Philosophies de l’Environnement, Philosophie Politique du paysage et/ou Philosophie Politique Ecologique, Politique, Projet de paysage, Territoire.

BIBLIOGRAPHY

BERTRAND, George, Le paysage entre la nature et la société, RGPSO, 1978.
BERQUE, Augustin, La pensée paysagère, Ed. Archibooks, 2008
BLED, Amandine, ‘L’Influence des firmes sur les négociations Internationales. Le cas de la Convention sur la diversité Biologique’ Thèse Doctorat Science politique, UMR 5116, 2009.
BOLIN, Bert, ‘The Kyoto Negotiations On Climate Change : A Science perspective’, Science n°279, 1998
BOISVERT, Valérie, VIVIEN, Franck-Dominique, Le développement soutenable : deux siècles de controverse économique, in AUBERTIN, Catherine (dir), Le développement durable : enjeux politiques, économiques et sociaux Ed. La Documentation française, 2010
BRUNEAU, Michel, L’Asie d’entre Inde et Chine : logiques territoriales des Etats. Ed. Belin, 2006
CALAME, P. et TALMANT, A,. L’Etat au coeur, le mécano de la gouvernance. Ed. Desclée de Brouwer, 1997
CALLICOT, J. Baird, Land ethic- Philosophie de l’écologie. Ed. Wildproject, 2010
CARL, Marc, Discours sur l’écologie humaniste, Ed. LEAI, 2002
CLERGEAU, Philippe, Une écologie du paysage urbain , Éd. Apogée, 2007
CORNER, James, Recovering Landscape: Essays in Contemporary Landscape Architecture. Ed. Princeton, 1999
DAMIAN, Michel, ‘Politique climatique et Politique Commerciale’. Revue de l’Energie, n°578, 2007
DAVIS, Mike, Evil Paradise, Dreamworld of Neoliberalism. Ed. The new press, 2007
DURAN, Patrice : « Action publique, Action politique », in Jean Philippe LERESCHE (ed) Gouvernance territoriale et citoyenneté urbaine : de la coordination à la légitimité, PEDONE, 2001
.ECOLOGIE & POLITIQUE (Revue), Les écologies politiques aujourd’hui. n̊̊ 40, Juin 2010
GORZ, Andre, Ecologica. Ed. Galilée, 2008
GREIDER, T., Landscapes : The Social Construction of Nature and the Environment, Rural Sociology, vol. 59, 1994
GROSSARD, Jacques, VIGIER, Danièle « Projet urbain et cohérence territoriale », Ceras – revue Projet, 4/2008.
GROVE, Richard, The Origin of Environmentalism, Nature n̊̊ 6270, 1990
HADOT, Pierre, Le voile D’Isis. Essai sur l’histoire de l’idée de nature. Ed. Gallimard, 2004
HARVEY, David. Géographie de la domination, Ed. Les prairies ordinaires, 2008
HONG, Sun-kee, Ecological Issues in a Changing World, Ed. Springer, 2002
HOON, Jeon, L’autonomie locale en Corée. Ed. Université Paul Cézanne, 2005
IMAMICHI, Tomonubu, An Introduction to Eco-Ethica (1990), Ed. Amer University, 2009
JOLLIVET, Marcel (dir), Le développement durable, de l’Utopie au concept. De nouveaux chantiers pour la recherche. Ed. Elsevier, 2001
KUWAKO, Toshio, Confucianism and Ecology : The Interrelations of Heaven, Earth, and Humans, Ed. Harvard University,1999
LAGABRIELLE. E. Planification de la conservation de la biodiversité et modélisation territoriale à l’ile de la Réunion, Saint-Pierre. Ed. CIRAD, Thèse de doctorat : Géographie. 2007.
LACOSTE, Yves. La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre. Rééd. La Découverte, 1988.
LARRERE, Catherine, « Comment peut-on, aujourd’hui, penser les rapports de l’homme et de la nature ? » in Christian Arnsperger, Catherine Larrère, Jean Ladrière, Trois essais sur l’éthique économique et sociale, Ed. INRA, 2001
LASCOUMES, Pierre, « Le bien commun comme construit territorial. Identités d’action et procédures », Politix, 42, 1998
LEFEBVRE, Henri, ‘Réflexions sur la politique de l’espace’, in Espaces et Sociétés n̊̊1, Ed. Anthropos, 1968
LE GALES, Patrick,    Revue française de science politique     Année   1995     Volume   45
LONGEAUX, Nicolas, La nature et la normeLa philosophie politique contemporaine face aux questions écologiques. Ed L’Harmattan, 2009
MARTIN, Jean-Yves, Développement durable ? Doctrines, pratiques, évaluations. Ed. IRD, 2002
MING, Chen ‘La philosophie politique confucéenne face à la globalisation’. Revue DIOGENE, Diogène. Ed.P.U.F. 2008/1 (n° 221)
MEADOWS, Dennis. L. Halte a la croissance.., Ed Fayard, 1972 (Rapport remis au Club de Rome)
NAESS, Arne, Vers l’écologie Profonde. Ed. Widproject, 2009
NORA, Dominique, Les pionniers de l’or vert, Ed. Grasset, 2009
NORDHAUS, William D., Warming The World : Economic Models Of Global Warming’. Ed. MIT Press, 2000
NUSSAUME, Yann (Dir), De l’enseignement du paysage en architecture, Ed. de la Villette, 2009
PINSON, Gilles « Le projet urbain comme instrument d’action publique », in  Pierre Lascoumes, Patrick Le Galès (dir.), Gouverner par les instruments, Ed. Presses de Sciences Po, 2004
PETIT, Yves, Droit et politiques de l’environnement. Ed. La Documentation Française, 2009
POLANYI, Karl, La grande transformation (1944). Ed. Gallimard, 1983
RAFFESTIN, Claude, Pour une géographie du pouvoir, Ed. Litec, 1980
RANCIERE, Jacques, La Mésentente, Politique et Philosophie. Ed Galilée, 1995
SACK, Robert David. Human Territoriality. Its Theory and History. Ed. Cambridge University Press, 1986
SOJA, E, Postmodern Geographies. Ed. Verso, 1989.
RIST, Gilbert, Le développement, Histoire d’une croyance Occidentale. Ed Presses de Science Po, 1996
SIVIGNON, Michel (dir.), Géographie humaine. Questions et enjeux du monde contemporain, Ed. Armand Colin, 2008.
THEYS J., 2003, La gouvernance, entre innovation et impuissance : le cas de l’environnement, Développement Durable et Territoires, no 2 : 1-35
VACARME (revue), n°51, Printemps 2010
VILLALBA, Bruno, Appropriation du développement durable. Emergences, diffusions, traductions. Ed. PUS / Espaces Politiques, 2009

Advertisements